Réagir (0)Covoiturage EnvoyeriCalPartager

mardi 23 avril 2024 à 20h30

DOM JUAN DESOSSE

Théâtre
Cie Machine Théâtre
Adaptation libre de "Dom Juan", comédie de Molière

Salle des fêtes, Cazères
Dès 12 ans

Plein tarif : 8€

Tarif réduit (Enfants, familles, précaires, adhérent.e.s): 5€

L'histoire : Don Juan, « l'épouseur du genre humain », a enlevé Elvire de son couvent, l'a séduite et abandonnée. Elle le poursuit en vain tandis qu'il part déjà vers une nouvelle conquête, accompagné de son valet Sganarelle. Une tempête le jette sur une plage où il promet d'épouser deux paysannes. Poursuivi par les frères d'Elvire, il doit fuir encore.

Perdu dans une forêt, il va inciter un pauvre ermite au blasphème, sauver un des frères d'Elvire des bandits, et inviter à dîner la statue d'un commandeur qu'il a tué naguère. Rentré chez lui, il se débarrasse de son principal créancier, refuse insolemment les remontrances de son père, tente de séduire à nouveau Elvire venue le prier de bien vouloir se repentir sous peine de craindre les foudres du ciel. À sa grande surprise, la statue vient dîner et le convie en retour.

Dom Juan annonce à son père que, touché par la grâce, il a décidé de changer de vie et de travailler « à obtenir du Ciel une pleine rémission de ses crimes ». Dom Louis le quitte, éperdu de bonheur. Bonheur partagé par le naïf Sganarelle, que Dom Juan s'empresse de détromper, en faisant un long et vibrant éloge de l'hypocrisie. Un « spectre en femme voilée » l'engage pour la dernière fois à se repentir. Il répond en sortant l'épée.

Apparaît la statue du Commandeur, qui, incriminant son « endurcissement au péché », lui tend la main et le précipite dans les flammes de l'enfer. Resté seul, Sganarelle pleure la perte de ses gages.

Le mythe « Dom Juan » est gigantesque. Anarchiste, faussaire humaniste, cynique satisfait, enragé de liberté, fils dégénéré, hypocrite sans concession, jouisseur... Torche dans l'obscurité... Aujourd'hui encore, que nous dit-il de nous ? Qu'est-il devenu ?

Brice Carayol (metteur en scène) : "Ce qui me frappe, c'est la sincérité profonde qui se dégage de cette œuvre (...) Dans sa quête insatiable de vérité, Dom Juan m'apparaît comme l'indigné, révolté contre l'absurdité des modèles établis. Un provocateur qui rit de tout. Qui se moque de tout. Qui défie.."

Comme un poème philosophique, où le naturalisme côtoie le baroque ; le burlesque le drame ; la comédie populaire la tragédie. Un valet dans l'obligation d'être fidèle à son maître. Une relation d'interdépendance entre deux clowns métaphysiques. Un mouvement répétitif de l'obsession de Dom Juan. Une course poursuite contre lui-même, dans cet espace où il semble à l'étroit et où chacun vient régler ses comptes.

Deux acteurs pour jouer tous les personnages

Ici, le duo Sganarelle-Dom Juan nous raconte l'histoire. Sganarelle joue tous les personnages pour son maître, pour son partenaire, pour qu'avance l'histoire... "J'aime l'idée du duo, la paire, le double, le miroir..." explique le metteur en scène Brice Carayol. Un duo musical sans perruques ni chandeliers. Un hommage au théâtre et à l'art de l'acteur.

Deux chaises dans un carré tracé au sol. L'espace artisanal où le théâtre se construit sans autre effet que les arguments des situations à jouer, et du texte à faire entendre. Le théâtre au présent d'une proximité avec les spectateurs délivrés du quatrième mur. Être là, ensemble autour de l'énigme Dom Juan.

Mise en scène : Brice Carayol
Jeu : Cyril Amiot & Laurent Dupuy
Dramaturgie : Sarah Fourrage

Création lumière et son : Guillaume Allory

Costumes : Christelle Glize

Production : Machine Théâtre.
Coproduction : Sillon, Scène conventionnée de Clermont-l'Hérault.
Avec l'aide à la résidence du Département de l'Hérault.
Machine Théâtre est conventionnée par le Ministère de la Culture / Drac LR, la Région Languedoc-Roussillon et reçoit le soutien de la Ville de Montpellier.

Extrait vidéo : https://theatre-contemporain.net/embed/CZD4EV…

Source : https://www.avancezculturel.fr/printemps-au-t…
Source : message reçu le 28 février 12h